news-details
Monde

Tedros Adhanom Ghebreyesus, ce patron de l'OMS dont Donald Trump veut la peau




Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, n'a pas dû être surpris par la décision du président Trump de rompre vendredi avec cette institution onusienne, avec deux semaines d'avance sur le calendrier prévu.

Premier Africain à la tête de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, ou "docteur Tedros" comme il se fait appeler, a alimenté en partie les accusations du président américain Donald Trump, lequel a décidé de rompre avce l'institution onusienne. Ministre des Affaires étrangères de l'Éthiopie de 2012 à 2016, il décroche à ce moment-là l'un des plus gros contrats qui lient la Chine à son pays en autorisant celle-ci à construire la ligne de chemin de fer entre Addis-Abeba et Djibouti. Un projet essentiel pour Pékin et ses nouvelles routes de la soie.

Critiqué dès son arrivée à la tête de l'OMS

Originaire d'Asmara avant que l'Érythrée n'obtienne son indépendance, l'ancien ministre de la Santé éthiopien de 2005 à 2012 a fini par devenir le premier directeur général de l'OMS qui ne soit pas médecin. Titulaire d'un master en immunologie décroché en 2000 au Royaume-Uni, il est reconnu comme un grand spécialiste de la malaria.

En réalité, il a été l'objet de critiques dès sa nomination à la tête de l'OMS pour son manque de transparence, sa proximité avec la Chine et son indulgence pour des dirigeants africains autoritaires. Depuis quelques jours, grâce à l'alliance numérique des adversaires de la Chine aux États-Unis et en Asie, l'Éthiopien de 55 ans a vu réapparaître le mot-dièse #NoTedros4WHO (pas de Tedros à l'OMS) sur les réseaux sociaux, même si son maintien à la tête de l'organisation est souhaité par la Chine, l'Union européenne et les grandes fondations philanthropiques.



  • TAGS

You can share this post!