news-details
Société

SYNDICAT DE L'EDM-SA « Nous produisons et vendons en perte »




Le syndicat général de l’Energie du Mali (EDM-SA) était face à la presse pour faire le point de la situation dont le personnel de ce service est confronté. En interpellant l'opinion nationale et internationale, le Secrétaire général a annoncé que l'énergie n'a pas un problème de management mais plutôt un problème d'investissement.

Pour assurer le fonctionnement du secteur énergétique, le SG de l'EDM-SA, Abdoulaye Cissé, a laissé entendre que l’incapacité du Gouvernement est sur les lèvres des agents de l'énergie du Mali depuis un certain temps.

Parmi les neuf Directeurs généraux, qui ont dirigé ce service, selon le SG Cissé, deux directeurs seulement ne sont pas issus de l'EDM-SA. Il s’agit d’Amadou Diarra qui a démissionné après 3 mois de services et Sambou Wagué qui a dirigé pendant 6mois. « Nous allons mettre l’État en garde parce que certains personnels ne jouent pas pleinement leur rôle pour agencement de cette structure », a-t-il affirmé.

Depuis plus de trente ans, aucun barrage hydroélectrique n'a été construit en termes de production pour assurer le développement énergétique de notre pays. Le parc de production de l'EDM-SA, dira-t-il, est alimenté par les barrages hydrauliques et par les centrales thermiques notamment les groupes électrogènes. Pour un chiffre d'affaire de 210 milliards F CFA, selon lui, l’EDM-SA investit plus de 70 milliards F CFA pour l’alimentation des groupes électrogènes afin de donner de l’électricité aux Maliens, sans oublier la charge d'exploitation.

Depuis 2003, Abdoulaye Cissé a révélé que les tarifs sont bloqués ce qui affecte l'investissement de Gouvernement. « Nous vendons en perte car l'investissement se trouve dans les tarifs. Nous ne vendons pas en valeurs ajoutée mais nous vendons que de l’électricité. La différence doit être compensé en subvention par l’État. Et ces subventions ne tombent pas même si ça tombé, elle sera versée au compte des taxes et impôts », a-t-il révélé.

Aux dires de la partie syndicale, l’EDM-SA est sévèrement endettée au niveau des banques. Il a, aussi, dénoncé le manque de volonté de certains cadres de l’énergie. D'autres part, il a souligné que les agents sont au four et moulin afin de satisfaire la clientèle et d'assurer le développement énergétique du Mali. Depuis l'indépendance jusqu’à nos jours, la partie syndicale de l’énergie du Mali a regretté que l’État n’a mené aucune campagne en faveur de du développement énergétique au Mali. L’EDMsa est plombée par l’Etat. Aussi, poursuivra-il, plus 2300 personnels dépendent de ce service. Dans cette dynamique, les syndicalistes ont jugé nécessaire que la faute incombe à l’Etat et non à des agents, avant de déclarer ceci : « sans indépendance énergétique, il n’y a pas de développement ».

A cette occasion, Mme Drabo Fatou Kouyaté exhorte le gouvernement à multiplier ses efforts afin d’appuyer l’EDM-SA de s’épanouir. « Nous voulons faire notre travail parce que ce service a besoin de nous. C'est d'améliorer les conditions de travail et de vie des travailleurs », a-t-elle précisé.

Le secrétaire à l'organisation de l’EDM-SA, Adama Dembélé a souligné que la coupure est provoquée par les pannes successives que les trois machines de la centrale de Balingué. « Cette année, le délestage sera énorme parce que l’EDM-SA n'a pas pu assumer sa responsabilité par le manque de volonté de certains responsables, a-t-il conclu.

Mamadou Sangaré

 



  • TAGS

You can share this post!