news-details
Société

SIGNATURE DE CONVENTION Plus de 40 Partis politiques et Associations au camp de l’EKM-CMAS-FSD




Plus d’une quarantaine d'associations, groupements et partis politiques ont procédé à la signature d’adhésion à la plateforme EKM-CMAS-FSD sur le rassemblement des forces vives afin de créer une union sacrée autour d’un Mali prospère et respecté, par la démission du Président Ibrahim Boubacar Keita et son régime.

En effet, il s’agit de quatre (4) partis politiques et quarante (40) associations et groupement sociaux qui se sont donnés la main pour soutenir le trio EKM-CMAS-FSD contre la mauvaise gouvernance du régime actuel.

« Nous avons opté pour la rupture avec toutes ces dérives qui entourent l’Etat, notamment le problème de l’éducation, de la santé et de la sécurité. Donc, le peuple malien veut s’exprimer d'un seul mot. C’est la démission du Président de la République. J’en appelle à tous les militants de FAC de sortir massivement le 5 juin prochain à midi pour que IBK rende sa démission de manière pacifique », a indiqué le Président de la Force Alternative pour le Changement (FAC), Seydou Amadou Touré, mercredi 3 juin, en présence des représentants de l’EKM-CMAS-FSD.

Pour sa part, le président de l’Association Mali-Débout, Aboubacar Soumaré, a affirmé que cela fait 28 ans que l’Etat fait semblant d’organiser les élections transparentes et crédibles, avant de déclarer qu’ils ont choisi d’adhérer à ce mouvement pour dire non au mensonge. « L’heure est venue de dire aussi non à la corruption. A cet effet, nous sommes venus nous joindre aux Mouvements sociaux du trio infernal pour, vraiment, demander la démission du Président de la République IBK et son régime », a-t-il révélé.

Quant au Président du Collectif des Ressortissants de la Région de Sikasso, Honorable Nagouma Sanogo, il a exhorté tous les sikassois qui se trouvent à Bamako à sortir, ce vendredi 5 juin, pour participer à cette marche symbolique. A cet égard, l’honorable Sanogo a rappelé que la ville de Sikasso a été martyrisée lors des élections législatives 2020 parce que les Forces de l’ordre ont tiré à balle réelle sur des manifestants aux mains nues et ont causé la mort du jeune Abdoulaye Coulibaly dit Tata. « Nous pensons qu’il y a rupture entre Sikasso et le régime d’IBK. Et pourtant nous avons toujours voté pour IBK. Aujourd’hui, on a constaté que le système actuel a déçu le peuple malien », a-t-il précisé avant de lancer un appel afin que les objectifs assignés soient atteints.

Par la même occasion, la présidente de l’Association des Fournisseurs et opérateurs économiques, Oumou N’Diaye, a dit ceci : « nous sommes venus nous rallier au Mouvement du FSD-CMAS-EKM concernant à l’incapacité du Gouvernement à payer nos dettes. A cette occasion, nous avons décidé de marcher avec ce Mouvement pour que IBK et son régime laisse le pouvoir ».

Par ailleurs, le Coordinateur des Mouvements, Associations et Sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko, Issa Kaou N’Djim, est convaincu de l’engouement des maliens, de l’intérieur comme de l’extérieur, par rapport au rassemblement des forces vives de la nation. « Aujourd’hui, le peuple est unanime que le Président IBK et son régime doit plier bagage. Si ce peuple sort par million cela veut dire que la cause est entendue. Nous voudrons, démocratiquement et pacifiquement, que les maliens sortent pour sauver la nation et non un homme et son régime. Il a échoué sur toute la ligne mais nous pensons aujourd’hui que nous changeons tout simplement de gouvernail pour aller sur de nouvelles bases afin de retrouver la paix. Le peuple ne peut pas se réconcilier avec cet Etat corrompu du Président IBK. Donc nous avons exigé le départ du Président IBK afin de finir avec ce système », a-t-il conclu.

Mamadou Sangaré



  • TAGS

You can share this post!