news-details
Société

Revue de Presse du mercredi 12 août 2020 Le M5 en colère, à la Une.




Le M5 en colère, à la Une.

Des milliers de personnes ont à nouveau manifesté, hier, pour réclamer le départ du président Ibrahim Boubacar Keïta, malgré les appels à trouver une issue négociée à la crise, qui ébranle le pays depuis juin. Les appels au dialogue de la CEDEAO et la pluie n'ont pas découragé les opposants, qui se sont rassemblés au son des vuvuzelas place de l'Indépendance, met en ligne france24.

L’Indépendant, relate. Ils étaient plusieurs milliers à répondre, hier pour la quatrième fois, à l'appel du M5-RFP et de son autorité morale l’imam Dicko, pour réclamer "la démission du président IBK et de son régime". Après les interventions des ténors du mouvement devant une foule déterminée, il a été décidé que le rassemblement organisé hier s’étendrait sans discontinuer sur l’ensemble du territoire national jusqu’à atteindre l’objectif fixé. "IBK dégage ! IBK assassin, démission, IBK écoute ton peuple et laisse l’homme de la France", tels étaient les messages scandés par certains jeunes manifestants, rapporte l’Indépendant. La France, dont l’imam Mahmoud Dicko a ouvertement mis en cause l’ingérence dans la crise malienne, a été ciblée par les protestataires qui scandaient : « stop à l’ingérence française au Mali !, la France doit nous respecter. La Russie, espoir du Mali, Poutine : la solution !" »

Oui, certifie les Echos : « le M5 reste droit dans ses bottes. »

L’Essentiel, appelle,  cela le grand format du M5-RFP.

Le Démocrate, semble fatigué : « encore des milliers de manifestants pour exiger la démission d’IBK et de son régime. »

Seydou Traoré, tacle. Ils sont moins d'une centaine à 23h00. A minuit, ils seront une dizaine et demain matin quand le sandwich aura fini....

Yas Coul, alerte. Attention ! La soirée dansante que je vois, pourrais distraire la vraie lutte.

Pour le Hogon, même la pluie n’a pas altéré hier, la mobilisation.

Oui, indique le Renouveau. La pluie n’a pas pu mouiller la détermination des manifestants.

Studio Tamani, compte. Ce sont de milliers de manifestants qui ont répondu de nouveau à l'appel de l'Imam Mahmoud Dicko pour réclamer la démission du président IBK et de son gouvernement.

Une marée humaine, filme le site walf-groupe.com.

Horon-TV, diffuse : « si IBK ne nous écoute pas, il verra. Je jure devant Dieu il verra, mais ne soyons pas pressé et nous allons gagner cette lutte de façon pacifique»,  a déclaré l’Imam Dicko.

Le Pays, rapporte. Si IBK ne fait pas ce que lui demande le peuple, il partira de lui-même, insiste l’imam Mahmoud Dicko.

Delta News, s’exclame : « Dicko s’en remet à Dieu ! »

Me Bathily, tire : « IBK est l'ADN du déshonneur du Mali et Kassim Tapo est un suppôt.»

Dr Oumar Mariko, se déchaîne : « Que Macron la ferme ! J’invite la CMA et les Donsos à se joindre à nous  pour dégager cet homme pouvoir.»

Le Nouveau Réveil, remarque. Entre le marteau du M5 et l’enclume du pouvoir, IBK se trouve de plus en plus fragilisé.

Studio Tamani, revient. Bamako ressemblait à une ville morte hier. Cette manifestation du M5 a paralysé la ville, contraignant plusieurs services publics et privés de rester fermé.

L’Essor, témoigne. Les partisans déterminés ont campé à la Place de l’indépendance et ont déclaré prêts à y passer la nuit. « Certains sont allés manger pour revenir prendre le relais. En attendant, on est là » a indiqué un manifestant qui dit avoir prévu une couchette pour la nuit.

Fasomali, s’exclame. Le mot d’ordre largement suivi !

La section de Koulikoro a marché pacifiquement, de la gare au gouvernorat de la ville, malgré une fine pluie. Le nombre de marcheurs n’était pas impressionnant, mais leur volonté de porter le message de leur mouvement au gouverneur de la Région était manifeste et déterminée, constate l’AMAP.

Ib Togola, écrit. Les femmes sont moins visibles dans les centres de décision du M5 et n’ont pas voix au chapitre. Pourtant, elles semblent aussi déterminées à l’image de  Mme Sy Kadiatou Sow, ancienne gouverneure du district de Bamako et ancienne ministre des Affaires étrangères.

Liberté-algérie, note. Le bras de fer IBK-Dicko se corse.

Oui, le M5 met la pression sur IBK, constate News. sen360.

Abdoulaye Kone, alerte. Le régime décide finalement de gazer les militants du M5,  ayant dormi au Boulevard de l'indépendance de Bamako. Quelles seront les conséquences d'un tel acte ?

Seydou Traoré, identifie. La police vient de dégager les badauds au Boulevard bloquant la circulation. Les gens vont à leurs occupations.

Selon, Icimali, le médiateur Goodluck Jonathan craint le pire.

Le Nouveau Réveil, note. Les maliens jouent avec le feu.

Mamadou Ismaila, Konaté, tweete : « une foule comme celle-ci ne saurait être ignorée plus longtemps. Toute autre attitude en face n’est qu’obstination gravement nuisible, puisqu’elle finit par consumer toute illusion de légitimité que seule la voie des urnes pourrait rétablir. » 

Yas Coul, se prononce. Après IBK, il nous faudra un Paul  KAGAME,  le meilleur Président d'Afrique, le dictateur contemporain.

Le National, considère. Le régime d’IBK et la CEDEAO ont le dos au mur.

L’Informateur, charge : « paysans sans terres, humiliés, enseignants sevrés d’écoles, victimes de l’insécurité endémique, jeunes diplômés sans emploi, tous ont dénoncé l’odieuse gestion du Mali (…). Le président de la République et son Premier ministre gémissent quand les populations battent le pavé, mais ils se moquent éperdument de l’amélioration des conditions de vie des citoyens réduits à mourir devant les hôpitaux qui ont été construits en leur nom, faute d’argent et à dormir la nuit le ventre vide. »

Studio Tamani, alerte. Les structures sanitaires à Bourem sont en manque de poches de sang. Selon les autorités sanitaires, la population est réticente à donner son sang. Elles se disent préoccuper par la situation.

La délinquance financière…

Plus de 754 millions de FCFA d’irrégularités financières ont été constatées par le Bureau du Vérificateur Général  dans la gestion des entrepôts maliens au Sénégal durant la période 2016, 2017, 2018 et premier semestre 2019, rapporte l’Indépendant.

Le Nouveau Réveil, dénonce : « escroquerie en bande organisée sur la LOPM, environ 44 milliards de FCFA de primes détournés en trois ans. »

Le dossier de Bakary Bocar (Ambassade du Mali au Congo) est devant le Pôle Economique pour malversations financières, enquête Ziré. Plus loin, l’hebdomadaire  parle d’un marché de plus de 9 milliards sans appel d’offres pour les équipements militaires.

L’Indépendant, rappelle. La mise en liberté de Bakary Togola, ordonnée par un juge d’instruction contre une caution de 3, 2 milliards de FCFA a été  immédiatement annulée suite à un appel interjeté par le Parquet. La Chambre d’accusation est en train de réexaminer le dossier.

On termine avec Ziré.  L’hebdomadaire d’analyse  écoute  la  voie de la paix entre Dogon et Peulh et se met à louer le ciel. Selon la source,  les combattants Peulh déclarent : « nous regrettons les faits passés.»

Garibou Pérou,

 Journaliste



  • TAGS

You can share this post!