news-details
Politique

Revue de Presse du jeudi 13 août 2020 La Cédéao, à la Une




Goodluck Jonathan, médiateur de la Cédéao, s’est rendu hier  à Nioro pour rencontrer le chérif Bouyé Haïdara. Selon Goodluck Jonathan, le Cherif de Nioro, en tant que personnalité morale, peut contribuer à la résolution de l’intense crise sociopolitique au Mali. « Nous sommes venus pour connaître sa position et le soutien qu’il peut nous apporter dans la résolution de cette crise », a déclaré le médiateur de la Cédéao.

Oui, certifie Abdoulaye Kone. Goodlook Jonathan demande à Bouyé Haïdara d'intercéder auprès du M5-RFP pour une sortie de crise.

La Sirène, ironise: « j’vais m’balader.»

Rfi.fr, met en ligne. Très influent dans la vie politique malienne, le Cherif de Nioro a prôné des négociations pacifiques pour trouver une issue à la crise politique.

Oui, rassure Nouvelle Libération. Le Chérif s’engage pour une médiation.

L’Indépendant, apprécie. Goodlook Jonathan multiplie  les initiateurs pour une rencontre entre IBK et le M5-RFP dès ce jeudi.

Oui, poste la CMAS. Goodluck propose au M5 de rencontrer M. IBK !

Nouvel Horizon, doute : « probable rencontre entre IBK, Goodlook Jonathan et le M5-RFP, aujourd’hui. »

Malikilé, titre : « la Cédéao au Mali, le discrédite. »

22 Septembre, rassure. La visite de Goodlook Jonathan constitue  des avancées notables et des positions intactes.

Faux, rétorque  Hama Thiao : « le chérif de Nioro aurait renvoyé Badluck Jonathan à IBK avec le même message et la même recommandation de l'imam Dicko. Qu'IBK écoute son peuple. Vous avez dit dialogue direct eh bien on y est. C'est ça, ils racontent par tout qu’avancée notable après la visite de Nioro. Cette demande existe sur la table depuis le début de la crise. Même l'ancien dictateur Gal Moussa Traoré lui avait fait cette recommandation. Maintenant il accepte ».

Le Pays, secoue la tête. Quand les Institutions de la République se résument à deux personnes, l’Imam Mahmoud Dicko et le Chérif de Nioro.

ATT est appelé à jouer un rôle, selon l’Indicateur du  Renouveau.

Les manifestants dispersés…

Au lendemain de la grande mobilisation, les forces de l’ordre ont dispersé, hier, les manifestants qui ont passé la nuit au boulevard de l’indépendance. Quelques dizaines de manifestants ont passé la nuit sur place sur des nattes et des couvertures, écrit l’Essor.

L’Indépendant, précise. Les manifestants-veilleurs de la Place de l’Indépendance ont été  dispersés à coups de gaz lacrymogène et d’eau chaude.

Reuters, filme. La police a utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser des centaines de manifestants réunis pour réclamer la démission du président Ibrahim Boubacar Kéita.

Le Pays, confirme. Les manifestants ont été gazés.

La CMAS, harangue. Nous avons défié le soleil, les gaz lacrymogènes, les tirs à balles réelles et la pluie ! Nous irons jusqu'au bout.

La chienlit, écrit 22 Septembre. Les occupants ont été dispersés à coup de gaz lacrymogène, au niveau de ce rond-point stratégique de la capitale. Au moment où nous mettions sous presse, aucun incident majeur n’a été signalé. La ville est calme et les citoyens vaquent librement à leurs occupations.

Le M5-RFP, pointe la police. Au cours de cette dispersion des manifestants par les forces de l’ordre, il y a eu quelques blessés, des arrestations et des motos enlevées, relate le Républicain. 

Reflet d’Afrique, révèle. La jeunesse du M5 dit : « se réorganiser.»

Malikilé, s’exclame : « le M5 plus que jamais incontournable ! »

Le Soir de Bamako, anticipe. La détermination des leaders de ce mouvement doit inspirer chacun !

Nouvelle Libération, programme : « le sentiment anti-français, c’est reparti pour une nouvelle saison.

L’Indicateur, constate. C’était aussi un meeting de réconciliation au sein du M5-RFP.

Non, commente le Soir de Bamako: « Clément Dembélé et Issa Kaou Djim au baiser de la honte ! »

Les Echos, s’exclame : « le M5 tient la barre très haut ! »

Reflet d’Afrique, cogne. IBK a trahi le peuple malien !

Le Challenger, rapporte : « le point de non- retour est atteint », dixit Choguel K Maïga.

Attention ! prévient les Echos : « les biens publics et privés sont sacrés », enseigne Dr Yamalou Dolo, Juriste et Chercheur sur la désobéissance civile.

Faux, désobéissent les internautes : « et les milliards volés ou détournés ? Récupérez d’abord ces milliards avant de donner des cours de droit monsieur le Juge ».

La passation de service…

De l’aveu de Manassa au mérite d’Amadou Touré ! s’exclame le Combat.

Casimir Sangala, témoigne : « passation effective entre Manassa et Amadou Ousmane Touré dans une ambiance chaleureuse. Nous on avance ».

Reflet d’Afrique, pointe. L’Assemblée Nationale, la similaire des chambres de passe.

Guinée- Mali, titre les Echos : « 2 350 ballots, soient 117 500 moustiquaires d’une valeur de 6 milliards, saisis, un honorable impliqué ! »

Africa-Kibaru, révèle. Le dimanche 9 août 2020 à 18h24, par une crise de jalousie, le lieutenant colonel Alpha Yaya Sangaré commandant de la région de gendarmerie de Bamako a sérieusement battu jusqu'au sang sa subordonnée hiérarchique directe, le commandant Astan Kanikomo qui est également sa compagne. Selon les renseignements, ce déchainement de violence fait suite à la découverte de plusieurs messages d'amour du fils du président Karim Kéita dans le téléphone du commandant Astan Kanimoko. Après le scandale des prostituées qui a choqué l'opinion nationale et internationale, Karim Kéita est sans aucun doute une épine dans les pieds du président IBK, écrit Africa- Kibaru.

Faux, tweete Karim Kéita : « Je démens avec la plus grande fermeté les allégations mensongères et diffamatoires publiées cette nuit sur internet et Facebook par Africa-Kibaru. J’ai demandé à mon avocat d’y apporter sans délai la suite judiciaire qui s’impose ».

On termine avec le décès de Maki Tall. Dana Ambassagou empêche Boubou Cissé d’enterrer son beau-père. Ce 11 août, Boubou Cissé se rendait à Bandiagara pour l’inhumation de la dépouille de son beau-père. Mais, sa délégation a été bloquée par les Dozos de Dana Ambassagou. Ils l’attendaient de pied ferme depuis qu’il a annoncé leur dissolution en mars 2019 (à la suite du massacre d’Ogossagou) et depuis que Boubou Cissé leur a ordonné de fermer leurs check-points dans le centre du Mali. Les Dozos de Dana Ambassagou avaient hâte d’en découdre avec lui. Arrivé de Sévaré par la route après avoir voyagé en avion depuis la capitale, les Dozos ont bloqué plusieurs heures durant la délégation que conduisait Boubou Cissé à Bandiagara pour l’inhumation de son beau-père, décédé le 10 août à l’âge de 85 ans à Bamako, met en ligne jeuneafrique.com.

Garibou Pérou, Journaliste



  • TAGS

You can share this post!