news-details
Régions

REVUE DE LA PRESSE Le Sommet d’Accra, à la Une




La CEDEAO change d’approche, remarque dans sa tribune. Selon le quotidien national, l’invitation du Président du CNSP à prendre part à la réunion d’aujourd’hui, le nouveau Président en exercice de la CEDEAO veut certainement lui donner l’opportunité d’échanger de vive voix avec les autres dirigeants de la sous-région qui peut aboutir à une sortie de crise de notre pays.

Tout à fait, répond le Pays. Selon Boly Amidou, représentant permanent de la CEDEAO au Mali : « la CEDEAO prend note de cette volonté interne des maliens de pouvoir résoudre le problème qui se pose.»

Mikado FM, rassure. Elle doit avoir lieu à Peduase, une localité dans la région de l’Est au Ghana, et verra la participation du CNSP. La cheffe de la diplomatie ghanéenne, Shirley Ayorkor Botchway, a déclaré lors d’un point de presse dimanche que le Président Akufo-Addo formait l’espoir d’aboutir à un consensus afin d’empêcher une escalade de tensions au Mali.

Dans la manchette de Tjikan, on lit : « vers la levée du blocus. »

Malick Konaté, annonce. Le Colonel Assimi GOITA fera une présentation de la situation sociopolitique et le schéma de la transition devant les chefs d’Etat de la CEDEAO.

L’Indicateur, prend son stylo rouge : « grand oral pour les putschistes. »

Nouvel Horizon, est formel. La junte devra convaincre avec la Charte de la transition ou attirer les foudres des sanctions.

Studio Tamani, soupire. Les sanctions de la CEDEAO contre le Mali inquiète des producteurs de vivres à Loulouni dans le cercle de Kadiolo. Ils affirment avoir du mal à écouler leurs produits.

Le Soir de Bamako, s’interroge. Dualité en vue entre le Président et le vice- Président ?

Les internautes, reprennent l’article de la Sirène qui précise : « la junte aurait jeté son dévolu sur le Général à la retraite Moussa Sinko Coulibaly pour gérer la transition de 18 mois. Il aura comme vice-président Assimi Goita. La même source cite trois autres noms comme probable premier ministre. Parmi lesquels figure en premier lieu Oumar Tatam Ly qui aurait atterri hier en terre malienne. Il serait le favori parmi les deux autres Malick Coulibaly et Modibo Sidibé. »

L’Indépendant, enregistre. Moussa Sinko Coulibaly est pressenti à la présidence, Assimi Goita vice-président et Modibo Sidibé, Premier Ministre. Pour Nouvel Horizon, c’est le Général Moussa Sinko Coulibaly et Mahamane Touré qui sont pressentis pour la présidence, Oumar Tatam Ly en pôle position pour la Primature.

Mohamed Attaher Halidou, poste. La carte du Général Moussa Sinko Coulibaly se précise. Le CNSP et le CNSP…. « Nous sommes dans la dynamique d’accompagner le CNSP », déclare Issa Kaou N’Djim, rapporte l’Essor. Au rez-de-chaussée du journal le Pays, on lit : « le M5-RFP soutient le CNSP », dixit Issa Kaou N’Djim, Coordinateur de la CMAS.

Le Soir de Bamako, certifie : « je suis d’accord avec le CNSP dans leur démarche sans ambiguïté. La junte avait proposé la primature au M5-RFP », révèle Issa Kaou N’Djim. Arc-en-ciel, regrette. Le M5-RFP unit dans la lutte, mais divisé dans la conquête du pouvoir. Issa Kaou N’Djim, enfonce le clou : « le peuple ne s’est pas battu pour qu’on donne le pouvoir aux politiciens, le peuple s’est battu pour qu’il y ait un changement », rapporte Nouvel Horizon.

L’Observatoire, observe. Le M5-RFP est fragmenté. Le divorce est désormais consommé entre la CMAS et M5-RFP, car la première organisation soutient les conclusions des concertations nationales par contre la seconde les rejette en bloc.

Malick Konaté, provoque. Jusqu’à présent les partisans du régime déchu n’ont pas digéré le départ de Boua… leur souhait le plus ardent, c’est de voir l’éclatement du M5-RFP. En tout cas, une chose est sûre… M5-RFP a gagné son combat.

Sidy Karagodio, raille. Le problème du M5 RFP est tout simplement Kaou Djim. Ça me rappelle Karim Keita quand nous étions au pouvoir.

Le M5-RFP organise un point de presse, ce mardi 15 septembre 2020, à 11h, au Siège de la CMAS. Thème : Les Concertations nationales sur la Transition des 10, 11, 12 septembre 2020. Le point de vue du M5-RFP sur les préparatifs, le déroulé et les conclusions des Concertations nationales, annoncent les internautes. Le devenir du M5-RFP inquiète, se soucie Mali Tribune. Amadou Cisse, témoigne. Sur la scène politique, les militaires ont donné une leçon de stratégie de combat aux leaders politiques. Le M5 a vu le coup venir mais n’a pu l’éviter. C’était imparable !

Le Renard, sort de la tanière : « une junte légitimée sans coup férir ! » Dr Choguel K Maiga, joue la carte de la prudence : « on observe, on ne va nous mettre dans une bataille de rue avec le CNSP », rapporte le Soir de Bamako.

Idrissa Maiga, poste : « Choguel confirme que, dans la nuit du 18 au 19 août, en rendant visite à Me Bathily, il a surpris des groupes de militaires qui tiraient en l’air devant la porte de Celui ci. Face à la situation, il a gardé son sang-froid et a demandé au chauffeur de s’arrêter. Dans un premier temps, il a pensé qu’ils étaient là pour sécuriser Me Bathily. A sa grande surprise, le groupe de militaires n’ont pas pu répondre à ses questions. Il leur a demandé de retourner d’où ils viennent et d’arrêter ce genre de comportements qui n’honorent point nos forces armées et de sécurité. Alors, en responsable, il n a pas voulu faire du bruit autour de comportement d’éléments égarés en ces temps de grandes angoisses. Quelques questions que toute personne de bon sens devrait se poser. Si Choguel voudrait assassiner Me Bathily, aurait besoin de se déplacer chez lui ? Quel intérêt aurait- il dans l’assassinant Me Bathily ? »

Boubacar Koné déroute : « IBK- Audio » capitaine, tu seras général, en plus je te nomme comme le chef d’état major de la présidence et Konaré sera le gouverneur du district de Bamako avec le grade colonel » La reprise des cours… La hache de guerre n’est pas enterrée sur toute l’étendue du territoire, constate le Soir de Bamako. La source précise que le collectif des syndicats de la région de Gao refuse de reprendre le travail. Mikado FM, émet. Les écoles publiques de Gao restent fermées malgré la levée du mot d’ordre du collectif des syndicats signataires du 15 octobre.

Le Pays, renchérit. La FDPRI boycotte et prend en otage les examens dans l’espace Universitaire.

Studio Tamani, bourdonne. Les pédagogues préconisent « une année blanche comme solution » pour l’année scolaire en cours. Pour eux, « poursuivre le programme scolaire serait de se voiler la face, car le retard accumulé ne peut être comblé ». Ils recommandent de se donner du temps pour bien préparer la rentrée prochaine, tout en conscientisant le corps enseignant.

Siriman Keita, exige : « après l’école, que l’ORTM 1 fasse des reportages sur les harcèlements sexuels faits dans les bureaux et autres services. » Mali Tribune, constate : « enseignants au pinacle, enseignement au rabais. » On termine par la covid-19. Au moins huit (8) malades ont été déclarés négatifs à la Covid-19 au 2ème centre de traitement de cette maladie à l’hôpital du Point G. Ces patients guéris ont quitté ce centre le mardi dernier. Certains expriment leur satisfaction. Toutefois, d’autres craignent déjà d’être stigmatisés après leur séjour à l’Hôpital, annonce Studio Tamani.

Alou Diawara, rapporte : « 11 nouveaux cas et 4 patients guéris. C’est le point de la situation Covid 19 pour la journée d’hier lundi 14 septembre 2020. » |GARIBoU PERoU, Journaliste



  • TAGS

You can share this post!