news-details
Société

PROTECTION DES BERGES DU FLEUVE NIGER L’ABFN sensibilise les riverains de Baco-Djicoroni ACI




La direction générale de l’Agence du bassin du Fleuve Niger (ABFN) en collaboration avec le groupement d’intérêt économique des femmes de Baco-Djicoroni ACI a organisé jeudi 26 novembre 2020, une journée de nettoyage et de ramassage des déchets et ordures ménagères sur les berges de la rive droite du fleuve Niger. Cette activité s’inscrit dans le cadre du programme d’aménagement et de protection des berges du fleuve Niger à Bamako.

Placée sous la présidence du ministre de l’environnement et de l’assainissement et du développement durable, Mme Bernadette Kéita, cette activité de sauvegarde de l’environnement a aussi enregistré la présence de Mme Sy Kadiatou Sow, ancienne ministre, riveraines de Baco-Djicoroni ACI, du directeur générale de l’ABFN, Abdramane Oumarou Touré, des travailleurs de l’ABFN, des GIE des femmes de Bacodjicoroni et de plusieurs riverains de Baco-Djicoroni venus pour la cause .

Prenant parole, le représentant du maire de la Commune V, Kassim Traoré ,s’est réjoui de cette activité qui entre dans le cadre de la sensibilisation des riverains du fleuve Niger à la préservation de ce précieux bijoux qu’est le fleuve Badjoliba. De ce fait, il a assuré le soutien de tous pour pérenniser cette activité.

Pour sa part, le DG de l’ABFN, Abdramane Oumarou Touré , a mis un accent particulier sur l’importance de la préservation du fleuve Niger.

Ce qui lui fera dire que cette initiative de sensibilisation des riverains du fleuve Niger est tenue de façon permanente depuis 4 ans.

Mme Sy Kadiatou Sow, militante pour la sauvegarde de l’environnement, a mis l’accent sur la vitalité de l’eau et de sa préservation, « nous ne pouvons pas vivre sans eau, toutes sortes d’ordures sont jetées dans le fleuve, faisons attention sinon nous risquons de nous créer des soucis de santé. La pollution du fleuve interpelle tout le monde, nous avons besoin de coordonner nos actions pour que chacun tire des expériences des autres et de faire un suivi », a-t-elle dit.

Selon le ministre de l’Environnement de l’Assainissement et du Développement durable, Haïdara Bernadette Kéita, le fleuve Niger est pour le Mali comme une artère vitale puisqu’il est à la base de la production de l’eau potable, l’irrigation, la pisciculture, la production d’énergie et le transport. Il renferme ainsi une partie essentielle des richesses du pays et constitue un atout majeur pour son développement.

« Notre vie à ce majestueux don du ciel, que nous avons, cependant du mal à entretenir, à protéger, à sauvegarder pour nos besoins d’aujourd’hui et les générations futures », a-t-elle ajouté.

En outre, elle a précisé : « Il est grand temps que nous comprenions que le fleuve n’est pas un dépotoir à ciel ouvert qui peut tout engloutir. Il a une capacité d’épuration qui peut être vite dépasser et l’exposer à un péril grave », a-t-elle insisté.

De ce fait, Mme Haïdara Bernadette Kéita a exhorté la direction Générale de l’ABFN à réfléchir au mécanisme de pérennisation de ce genre de collaboration entre les services technique et organisation de la société civile.

Par ailleurs, elle a invité les femmes du GIE de Baco-Djicoroni ACI à constituer une veille permanente afin de maintenir les berges du fleuve Niger dans un état de propreté continue pour que leur exemple soit dupliqué.

Cette cérémonie a pris fin par l’implantation des panneaux d’interdiction de dépôt d’ordures sur les berges du fleuve Niger.

Maffenin Diarra



  • TAGS

You can share this post!