news-details
Santé

PALUDISME Toujours plus de décès !




Le paludisme constitue encore de nos jours un problème de santé publique en Afrique, particulièrement au Mali. Selon l’OMS, 300 à 500 millions de personnes contractent le paludisme chaque année, dont 1,1 à 2,7 millions de décès.

Selon Moussa Djimdé,  de Malaria Research and Training Center, en Afrique, le paludisme est responsable de 25 à 40 % de l’ensemble des consultations externes et  de 20 à 50 % de toutes les hospitalisations. Les plus menacés par cette maladie sont les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans.   Il provoque, 15% des anémies maternelles et 35% des naissances  prématurées. Environ 1 million de ces enfants  meurent  chaque année  à cause de cette maladie. Certains d’entre eux  qui se rétablissent après un accès de paludisme  cérébral présentent des troubles  de l’apprentissage et des incapacités consécutives  aux lésions cérébrales. L’absentéisme scolaire causé par le palu est estimé à 2 %. 

Le paludisme constitue une entrave au développement économique, il lui est attribué une perte de croissance de 1,3 % par an soit 12millions de dollars Us en Afrique. Cette maladie favorise l’apparition de nombreuses complications au cours de la grossesse, dont l’avortement, la mortinatalité, la prématurité, les nouveaux  nés de faible poids de naissance…

Notre source  affirme qu’au Mali, une étude menée en 1989 dans le service de médecine interne au Point-G avait classe le paludisme comme la 2ème cause des syndromes fébriles, tandis qu’à l’hôpital Gabriel Touré, il est la 1ère cause de mortalité d’un pourcentage de 45,7 % et  de  morbidité 32,4% chez les enfants de moins de 5ans. Cette étude a été réalisée au Mali par Ranque et ses collaborateurs du MRTC en 2008.

Ayant inclut 455 enfants à l’hôpital Gabriel Touré de Bamako, cette étude  a montré que 66 % avaient le paludisme cérébral et 34 % avaient aussi une anémie sévère. Le palu est responsable de plusieurs motifs de consultation dans les services de santé, il demeure aussi la principale étiologie des affaiblissements sévères observés chez la femme enceinte et chez les enfants en zone tropicale.

Fatoumata Douyon

 



  • TAGS

You can share this post!