news-details
Société

Micro Trottoir LA CRISE SOCIOPOLITIQUE AU MALI La situation reste toujours tendue




La situation sociopolitique actuelle affecte les Maliens. Face à cette situation, de nombreuses personnes estiment que ladite crise est profonde et complexe. Pour elles, la solution réside dans une union sacrée autour du Mali, seul bien commun à tous. Voici le point de certaines personnes.

Koundya Joseph Guindo, Enseignement catholique: La situation sociopolitique au Mali est une conséquence de la mauvaise éducation depuis une quarantaine d'années. Tant que le système éducatif ne sera pas revu, le Mali ne sortira pas de la crise. Il est vrai que notre Président a échoué sur toutes les lignes, mais tous les politiciens sont les mêmes. Vous les jeunes, vous devez prendre vos formations au sérieux pour un Mali meilleur.

Frédéric Dougnon, étudiant à Ucao: Pour ce qui est de la situation actuelle du Mali, la crise malienne a des dimensions très profondes et complexes. Premièrement, les Maliens ont raté la cible car le premier combat devait se situer contre la France.  Deuxièmement, le comble s'installe au niveau de la transgression de la frontière entre le domaine religieux et le domaine politique. Et enfin le système démocratique est très mal perçu par la plupart des Maliens c'est-à-dire aucune notion de la séparation des trois pouvoirs : exécutif, judiciaire et législatif. La crise malienne est une crise géostratégique, seule une complète rupture avec la France sera le début de la résolution.

Abdoulaye Bakary Ballo, étudiant à l'IPR de Katibougou : personnellement, je pense que ce n'est pas la bonne façon de faire partir un Président. C'est vrai, il n'a pas assuré, mais il serait préférable de le laisser terminer son mandat. Imagine, quand IBK va partir de cette manière et que le M5-RFP met une autre personne à sa place. Dès que cette personne fera un faux pas, elle partira de la même manière. Donc ça sera une routine et ça ne va nous amener nulle part. Le Vieux est venu trouver que le Mali est déjà à genoux, il a fait de son mieux. Les présidents maliens ne sont pas du tout respectés. En tout cas, le nouveau Président qui viendra là, les dossiers traités il y'a deux, trois mois seront tous annulés, y compris l'article 39 des enseignants. Et nous les étudiants, quand est-ce que nous allons reprendre le chemin de l'école ? Il faut un dialogue pour arrêter ces futilités dans le pays.

Alassane Ag Mohamed, étudiant: la situation actuelle du Mali est due à des années de mal gouvernance et de corruption. Elle est surtout due au comportement du fils d’IBK. Ce dernier qui se permet de faire des choses ignobles pendant un moment sombre du pays. Les Maliens veulent avoir la même qualité de vie que certains pays. En plus, la population ne bénéficie d'aucune aide venant de l'État.

Adama Doumbia, étudiant en science politique et administrative : La situation sociopolitique actuelle du Mali est le fait des années de mécontentement sous le régime actuel. Depuis la fin du premier mandat d'Ibrahim Boubacar Keita, sa réélection a soulevé beaucoup de questions ; on entendait des élections truquées. Depuis là, le Président élu n'avait plus la majorité au sein de son peuple. Les multiples tueries civiles au centre et au nord du pays, la corruption, la mauvaise gouvernance lors du deuxième mandat et les élections législatives dernières qui ont été truquées par la Cour constitutionnelle ont été la clé de ce soulèvement populaire réclamant la démission du Président de la République ainsi que tout son gouvernement et l'installation d'un gouvernement de transition qui organisera les élections. Mais tout n'est pas comme on le croit, parmi ce rassemblement populaire, il y'a ceux qui cherchent juste leur profit et des places dans le nouveau gouvernement en cas de démission du Président de la République. En gros, certains du mouvement cherchent à se faire de la place dans le nouveau gouvernement au dépend de la manifestation populaire. Pour pouvoir gérer cette situation et calmer cette crise, il pourrait y avoir un terrain d'entente : celle de la création d'un gouvernement d'union nationale juste au moins pour la fin du mandat actuel du Président de la République. Dans ce cas, les prises de décision vont concerner l'opposition, puisqu'elle sera aussi du gouvernement.

Madou Soumaré, à l'IPR de Katibougou : je pense que la situation du Mali est assez critique. A mon avis, le M5 n'est pas la meilleure solution. Dans l'histoire du Mali, on n'a jamais vu un Président démissionner en plein pouvoir. Je pense qu'il faut mettre la pression sur IBK, pour faire changer la situation du Mali. Mettre en place un gouvernement capable de diriger le Mali et pouvoir conquérir l'intégrité de notre territoire. Il serait aussi mieux de retrouver le chef de l'opposition, car comment serait un régime démocratique sans un chef de l'opposition ? Nous sommes dans une situation assez déplorable avec les rébellions et les conflits intercommunautaires. Il serait mieux que le M5-RFP, la CMAS et le Président de la République organisent un référendum pour qu'ils puissent trouver un terrain d'entente et essayer d'améliorer la situation du pays.

Fatoumata Yayi Cissé

Stagiaire



  • TAGS

You can share this post!