news-details
Politique

ME MOUNTAGA TALL A L’OCCASION DE SA PRESENTATION DES VŒUX A LA PRESSE «Il faut travailler à rendre les entreprises de presse viables pour soustraire les journalistes à la précarité ».




La traditionnelle cérémonie de présentation des vœux du Président du CNID-Faso Yiriwa Ton à la presse a eu lieu, le mercredi 13 janvier 2020, à la maison de la presse. Elle a enregistré la présence du président de la maison de la presse Dramane Alou Koné, Bassidiki Touré, président des éditeurs de presse et de Bandiougou président de l’URTEL.

 

Malgré la recrudescence de la maladie à coronavirus, Me Mountaga Tall est resté fidèle à sa tradition, celle de la présentation de ses vœux à la presse. Rappelons-le, cela fait 22 ans que le président du parti Congrès National d’Initiative Démocratique (Cnid –Faso Yiriwa Ton), Me Tall porte cette marque de considération sur la presse malienne. « Après une année particulièrement éprouvante à tout point de vue, le Très Miséricordieux nous permet pour la vingt et deuxième année consécutive de nous rassembler pour cette tradition cérémonie de présentation des vœux de très bonne et heureuse année 2020 aux organes médiatiques écrits , audiovisuels et en ligne , nationaux et internationaux», c’est par ces mots que l’avocat de profession s’est adressé à la presse.

Est-il besoin, s’interroge toutefois Me Tall « d’aller consulter le classique et sérieux classement de la liberté de la presse de ‘’Reporters Sans Frontières’’ pour s’inquiéter des atteintes à la liberté de la presse dans notre pays ? ». L’exemple palpable de ces atteintes à la liberté de la presse demeure, « les arrestations récentes de certains journalistes qui se trouvent enfermés à la maison Centrale d’arrêt de Bamako », a argumenté cet avocat de profession.

Connu pour son attachement aux principes de la démocratie, le président sortant (très prochainement) du Cnid-Faso Yiriwa Ton, demande de mettre fin à ces dérives qui selon lui deviennent de plus en plus récurrentes dans notre pays, ajoutant qu’il convient d’envisager deux mesures : « La première doit porter sur l’abrogation immédiate de l’instruction N°2366/MATD-SG du 18 décembre 2020 relative à l’application de l’état d’urgence. » La seconde mesure consiste à dépénaliser les délits de presse:».

Pour lui, en raison de la place éminente et irremplaçable de la presse en démocratie, l’on doit travailler à mieux former les journalistes et à rendre les entreprises de presse viables, afin de soustraire les journalistes de la précarité, en estimant que « L’aide publique à la presse et la revue à la hausse pourraient être un début de solution».

Prenant à son tour la parole, le président de la maison de la presse, Alou Dramane Koné, a appelé les journalistes à être reconnaissants envers Me Mountaga Tall. « Il faut être ingrat pour ne pas reconnaitre ce que Me Mountaga Tall a fait pour la presse malienne, c’est lui qui a fait les poteaux qui sont en haut de la maison de la presse. La marche qu’on a fait en 2012 en faveur des journalistes, Mountaga faisait partie de ceux qui ont marché 12 kilomètres pour aller protester auprès du gouvernement », a-t-il rappelé. Et de poursuivre « c’est pour dire que c’est notre ami, frère et défenseur. C’est lui qui a ouvert la porte à tout le monde, ceux qui viennent désormais présenter leurs vœux à la presse imitent Me Tall .Il nous a accordé cette importance. A chaque fois qu’un journaliste est interpellé, il se déplace personnellement et il défend beaucoup de procès gratuitement pour les journalistes »

 

Seydou FANE



  • TAGS

You can share this post!