news-details
Société

MASTER SOUMI SUR LA PROMESSE D’IBK DE LIBERER SOUMAÏLA CISSE « IBK a parlé dans l’euphorie et sous la pression »




Le rappeur et l’activiste malien, Ismaïla Doucouré alias Master Soumi, ne croit pas en la promesse du Président IBK à libérer bientôt Soumaïla Cissé des mains de ses ravisseurs. Selon le rappeur, le Président IBK promet toujours des choses qu’il ne réalise jamais. C’était lors de l’émission « « Dis », le débat interactif du soir !» de la radio Joliba FM, le jeudi 2 juillet 2020, qui avait comme thème : « Quel avenir pour Soumaïla Cissé après sa libération ? ».  

Pour la deuxième fois, en l’espace d’un mois, les responsables de la radio Joliba FM 105.0 FM et depechesdumali.com de Binthily Communication ont daigné rengager le débat sur la libération du Chef de file de l’Opposition malienne, Soumaïla Cissé. Un geste qui consiste à contribuer au maintien de la mobilisation autour de sa libération.

Comme la première fois, la deuxième journée spéciale de la radio Joliba FM a mobilisé des chercheurs, des journalistes, des personnalités politiques du pays et des activistes comme Master Soumi.

La première émission appelée débat spécial avait pour thème : « Par quel moyen sont libérés les otages ? » et la police était assurée par Mohamed Attaher Halidou, avec, comme invités, le journaliste Serge Daniel, le psychologue Boubacar Mahamane et Ibrahim Maïga, chercheur.

Sur la question du sort des otages, Serge Daniel a répondu d’emblée que l’intention initiale des preneurs d’otage n’est pas de tuer l’otage. Et de poursuivre que les otages ont une valeur marchande soit pour faire aboutir une revendication soit pour monnayer sa libération.

A l’en croire, très peu d’Etats ont refusé de payer de l’argent pour obtenir la libération de leurs ressortissants pris en otage.

Sur le mode opératoire des preneurs d’otage, Ibrahim Maïga a dit que les connivences locales valent leur pesant d’or dans le succès de leur coup.

Selon lui, les gens ont tendance à faire la différence entre le MNLA, la CMA et Aqmi et les autres. « Mais, ils oublient qu’ils sont les mêmes familles. C’est des frères, des cousins », estime le chercheur.

Parlant de la vie émotionnelle de l’otage, le psychologue, Boubacar Mahamane indique qu’il n’y a rien de plus pénible pour un otage que le fait de savoir qu’il n’y a pas de communication entre ses ravisseurs et les personnes chargées de le retrouver.  

S’agissant du choix du médiateur, Serge Daniel estime que le bon médiateur est celui qui est capable de ramener la preuve de vie de l’otage.

A l’en croire, si un otage a été enlevé à Tombouctou, il ne faudrait pas aller chercher un médiateur à Kidal.

Par ailleurs, il informe aussi que, contrairement à la famille de l’otage, les preneurs d’otages assassinent le temps. « Ils ne se pressent pas à libérer l’otage », indique Serge Daniel.

La deuxième émission de cette deuxième journée spéciale de la radio Joliba FM consacrée à la libération de Soumaïla Cissé était l’émission « Dis », le débat interactif du soir ! qui avait comme sujet « Quel avenir pour Soumaïla Cissé après sa libération ? ». elle avait comme invités : Mme Sy Kadiatou Sow, Master Soumi et Abdramane Diarra, président du mouvement des jeunes de l’URD.

Au cours de cette émission, Master Soumi a laissé entendre qu’il ne croit pas à un seul mot de la promesse du Président IBK de libérer Soumaïla Cissé bientôt. 

Selon lui, IBK a parlé dans l’euphorie et sous la pression. « Il promet toujours des choses qu’il ne réalise jamais. Quand vous dites bientôt monsieur le Président, c’est quand ? Comme il est le meilleur en français qu’il nous dise : bientôt, c’est quand ? », a dit Master Soumi.

Youssouf Z KEITA  

 

 



  • TAGS

You can share this post!