news-details
Economie

L’état civil face aux enjeux




Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Ba, était au centre de la célébration de la 3ème Journée Africaine de l’Etat Civil. D’où le thème : « enregistrement des faits d’état civil et stratégique de l’état civil : un service essentiel pour surveiller et atténuer l’impact des situations d’urgence ». Cette rencontre a enregistré la présence des représentants de l’Union Africaine, Hugues Penda et de l’Union Européenne, Amaury Hoste.

En effet, les activités de cette célébration s’inscrivent dans le cadre d’une large communication sur le rôle de l’Etat civil dans la surveillance et l’atténuation de l’impact des situations d’urgence.

« Un système d’état civil qui fonctionne bien, permet de capturer tous les évènements démographiques qui surviennent au sein de la communauté », a souligné, lundi 10 août dernier, Boubacar Alpha Ba, avant d’ajouter que l’état civil doit être considéré comme un service essentiel dans les situations d’urgence.

Par conséquent, selon lui, les données de l’état civil constituent la meilleure source de statistique, si elles sont fiables et complètes, au bénéfice des utilisateurs de données statistiques notamment les administrateurs publics, les entreprises, les partenaires au développement, les partenaires au développement, entre autres.

Par la même occasion, le représentant de l’UE révèlera que c’est l’état civil qui fournit, en temps réel, des données relatives aux faits d’état civil survenus sur l’ensemble du territoire d’un Etat, alors que notre continent est en pleine lutte contre la pandémie du Covid-19.

« La plupart des personnes en Afrique naissent et meurent sans laisser de traces dans les documents ou statistiques officielles, telles que les naissances, les décès et d’autres évènements vitaux entre les deux », a reconnu le représentant de l’UA résidant au Mali.

Selon le rapport de la banque mondiale en 2017, plus 1,5 milliard de personnes dans le monde, dont la moitié en Afrique, n'avaient pas de preuve d’identité juridique parce que la plupart des naissances sur le vieux continent n'étaient pas enregistrées.

« Ne pas avoir des documents d’état civil rend la plupart des pauvres du monde invisibles et marginalisés, les exposant à des exploitations et des violences des Droits de l’homme », a déploré Hugues Penda.

En parlant des enseignements tirés de la pandémie du Covid-19, les travaux ont conclu que les urgences perturbent la prestation des services d'état civil.

La cérémonie a enregistré la visite guidée des sites d'archivage des documents d’état civil et la présentation de l'enregistrement des faits de l’état civil en situation d’urgence.

Mamadou Sangaré

 



  • TAGS

You can share this post!