news-details
Politique

LE M5 VEUT LE POSTE DE PREMIER MINISTRE Un autre complot en gestation contre le peuple malien ?




 

Après près d’un mois de manifestation soutenue dans les rues de Bamako, le M5-RFP lève enfin son embargo sur le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita qu’il redirige sur les autres institutions de la République. Du coup, le M5-RFP accepte le maintien du président IBK et avoir la mainmise sur toutes les institutions et autres postes stratégiques de l’Etat avec un Premier ministre désigné par le M5. Est-ce le début du partage des butins de guerre entre ses membres ?

Au moment où les négociations font du chemin pour sortir le Mali dans la crise sociopolitique qu’il connait actuellement, la logique d’une révolutionnaire et la crédibilité des responsables du M5-RFP voudraient que ceux-ci proposent tout sauf à monnayer leur entrée dans le gouvernement contre un accord avec le président de la République. Du moins pour faire mentir toutes ces mauvaises bouches qui prophétisaient leur soif à partager le gâteau du pouvoir avec le régime IBK. Mais hélas, derrière ses propositions de sortie de crise, on sent déjà une forte odeur de la voracité de ses responsables qui veulent mettre la mainmise sur tous les postes stratégiques du pays en dépouillant du président démocratiquement élu de tout pouvoir.

 Sa proposition de nomination d’un Premier ministre plein pouvoir qui ne pourra pas être démis par le président de la République cache bien cette intention. C’est-à-dire, l’inquiétude de certains observateurs neutres, qui avaient prédit et craindre l’intention des responsables du M5 à s’emparer du pouvoir, se confirme. Le soleil est entrain d’apparaitre là où ils avaient bien pointé le doigt. A la place de la famille d’abord instaurée par le président IBK, le M5-RFP veut-il embarquer les Maliens dans le système du ‘’ M5 d’abord’’ ? Pourtant, ses responsables avaient rassuré sur le caractère sincère et patriotique du mouvement qui ne cherche ni boire ni à manger dans l’assiette vaste et gracieuse du pouvoir. Et cela même si le président Cheick Oumar Sissoko avait émis le doute que l’intention patriotique et désintéressée certains membres du mouvement.

Alors pourquoi, exige-t-il la nomination d’un Premier ministre choisi par lui avec autant de pouvoirs pour diriger la transition politique qu’il réclame pour les trois ans à venir qui reste de la fin du mandat du président IBK ? Ce choix unilatéral du Premier ministre par le M5, s’il est accepté, sera-t-il consensuel ?  Aura-t-il la légitimité tant nécessaire pour conduire efficacement et tranquillement la transition politique ? Car, tout porte à croire que le M5 n’est pas le Peuple malien comme on tente de le faire croire. Cette volonté du M5 à choisir coûte que coûte le Premier ministre n’est-elle pas qualifiable de dictature ? Donc, il urge de se ressaisir vite pour ne pas tomber dans le même piège que le président IBK en voulant coûte que coûte monopoliser le pouvoir.

Youssouf Z KEITA 



  • TAGS

You can share this post!