news-details
Politique

L’ASSEMBLEE GENERALE Le M5-RFP exige à l’imam Dicko de clarifier sa position!




Deux mois après la chute de l’ancien Président, le Mouvement du 5 juin (Rassemblement des Forces Patriotiques) a tenu, samedi 24 octobre, sa première Assemblée générale, dans l’enceinte de la CSTM. Elle a enregistré la présence de Dr Choguel  Maiga, Modibo Sidibé, Mme Sy Kadiatou Sow, Me Mountaga Tall… et  de nombreux  militants et sympathisants du Mouvement.

Le Mouvement du 5 juin qui n’avait pas organisé une grande rencontre, depuis la démission de l’ancien chef de l’Etat, a tenu, le samedi dernier, sa toute première Assemblée générale. Selon le communiqué rendu public, le M5-RFP a pensé et continue à penser que la condition sine qua non de la réussite de la transition était une saine et loyale collaboration entre les deux acteurs du changement, entre les deux légitimités incarnées par le M5-RFP et le CNSP. « En quoi peuvent surprendre des gens qui, dès lendemain du 18 août, ont renoué avec les pratiques que nous combattions la veille ? », s’interrogent les dirigeants du Mouvement.

Selon eux, il fallait laisser les maliens, voir, entendre, constater et comprendre par eux-mêmes ce qui  se tramait contre eux. Ainsi, le comité stratégique accuse le Cnsp d’avoir marginalisé le M5 et de s’emparer de tout le pouvoir pour ne pas, disent-ils, « avoir en face une véritable légitimité qui ne serait ni otage ni impuissante ». Pour le président du M5-RFP, le Dr Choguel Maiga, tous les engagements pris sous serment d’officier ont été violés.« Les concertations sur la transition ont été falsifiées, le président et le premier ministre de la transition on été choisis par malice et fraude, les textes régissant la transition n’ont respecté aucune règle », a-t-il dénoncé.

Le M5-RFP promet de conjuguer ses efforts pour poursuivre son combat. « Comme hier, malgré tout ce qui a été annoncé et souhaité sur le caractère hétéroclite de notre mouvement, nous restons unis, mais, précise-t-il, comme hier, nous ne disons pas que nous sommes monolithiques ». Le mouvement  a pris acte de l’annonce de l’Imam Dicko qui dit vouloir se retirer du combat pour se consacrer désormais à sa mission de guide religieux. « L’imam Dicko a décidé de s’exprimer lui-même sur ce sujet au moment opportun », a fait savoir Imam Oumarou Diarra. Un intervenant prenant la parole à son tour s’oppose : « On doit savoir la position de l’Imam Dicko. Il refuse de parler alors que nos militants ont été tués devant sa maison et dans sa mosquée. Quand son domicile, explique-t-il, a été attaqué, moi-même, j’ai fait appel à mes éléments pour venir le sauver ».

Dans sa déclaration, le M5-RFP réclame la présidence du Conseil National de la Transition (CNT). « Comme un dû, demandons la présidence et le quart des membres du Conseil National de la Transition pour encore une fois se donner les moyens politiques et institutionnels du changement et de la refondation » ont-ils sollicité.

Seydou FANE



  • TAGS

You can share this post!