news-details
Economie

LA PRODUCTION DU COTON AU MALI La campagne 2020-2021 s’annonce dure




Durant cette campagne 2020-2021, de nombreux villages, dans la zone cotonnière, ont décidé de ne pas cultiver le coton. Après une concertation de la Commune de Sanakoro-Djitoumou, les acteurs du coton de ladite localité s’inscrivent dans cette logique. En plus du coton, ils ont décidé aussi de ne pas cultiver le maïs.

Au début du mois de juin, le gouvernement et les acteurs de la filière coton ont échangé sur les différents points de divergences. Cette initiative avait pour objectif de redonner espoir aux paysans afin qu’ils continuent à cultiver le coton. Dans un communiqué de presse de l’Interprofession du Coton du Mali (IPC-Mali), il est écrit que « le Premier ministre, chef du gouvernement, ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé, a reçu les acteurs de la filière coton du Mali ». Il s’agit des membres de la confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton. Il y avait aussi les représentants des quatre syndicats de la filière coton, à savoir Sycov, Syvac, Sypamo, SPCK. Y avaient également participé, les représentants de la CMDT et l’OHVN et des députés élus dans la zone cotonnière. Ce même document a précisé qu’« à l’issue des échanges, il a été décidé, ainsi qu’il suit : 1 er choix : 200 francs CFA, 2ème choix : 175 francs CFA ».

Le communiqué de presse de l’IPC-Mali a indiqué que chaque kilomètre de coton produit sera acheté au prix de 250 francs CFA le 1 er choix et 225 francs CFA le second choix. Il a ajouté que les engrains seront cédés à leur coûtant.

En plus de ce prix, le gouvernement permet, à titre exceptionnel, « une subvention de 35 milliards de francs CFA se traduisant par un bonus de 50 francs sur le prix de chaque kilogramme de coton graine produit et vendu à la compagnie malienne pour le Développement des Textiles (CMDT) ». Malgré les échangés entre les autorités et les acteurs de la filière coton du Mali, les 27 villages de la Commune de Sanakoro-Djitoumou, cercle de Kati, ont décidé de ne pas cultiver le coton ni le maïs cette année. Les raisons de cette initiative sont, entre autres : la baisse du prix du coton, l’augmentation du prix de l’engrain. Avec la hausse du prix de l’engrain, certaines personnes témoignent qu’elles ne pourront même pas cultiver le maïs cette année. Elles déclarent que l’engrain coûtait 13 000 francs CFA. Mais durant cette campagne 2020-2021, le prix est de 18000 francs CFA, soit une augmentation de 5 000 francs CFA.

Jacques Coulibaly



  • TAGS

You can share this post!