news-details
Santé

LA MÉNOPAUSE: Un moment gênant pour certaines femmes




La ménopause est une période difficile à digérer pour les femmes. Pour en savoir davantage, nous nous sommes approchés de Mme Bouaré Zeynabou Haïdara, sage-femme au Centre de Santé de Référence (CSREF)de la Commune VI, spécialiste en santé sexuelle et reproductive.

 

Les Echos : Qu’est-ce que c’est la ménopause ?

Zeynabou Haïdara : La ménopause se traduit par la baisse naturelle des hormones sexuelles chez des femmes aux alentours de la quarantaine à la cinquantaine ou parfois plus. Elle se caractérise par l'absence des règles. La pré-ménopause, l'étape précédente de la ménopause varie plus ou moins d'une femme à une autre. Elle se caractérise par une régularité des règles. La ménopause est une étape de la vie de la femme et elle est aussi considérée comme une période charnelle et incontournable.

 

Les Echos : Quels sont les symptômes de la ménopause ?

Z. H : La ménopause peut s'accompagner de signes variables d'une femme à une autre. Il y a desfemmesquipeuventsentirbeaucoupdesignesdeménopauseplusqued'autres. C’est-à-dire, les signes que la femme peut sentir elle-même et les signes qu’elle ne peut pas sentir. Donc les signes qu’elle peut sentir sont physiques, dont les plus habituelles sont les bouffées de chaleur. Ce qui signifie que la femme a une sensation de chaleur brusque, surtout nocturne. Elle peut aussi avoir de l’inconfort, quelques rares fois des prises de poids, des troubles d’humeur, de sommeil et une sensation de sécheresse vaginale ; c’est-à-dire que le vagin devient sec. Cela est dû aux troubles hormonales que cette ménopause engendre : la diminution d’estrogène dans le corps de la femme, qui est une hormone qui fait que le vagin de la femme se mouille et c’est ce qui fait que le corps est luisant. Ça donne même l’aspect femme à la femme voilà. Et cette ménopause fait que cette hormone sexuelle qui est l’estrogène diminue dans le corps de la femme. Du coup, la femme va sentir ces troubles-là. En plus des signes physiques que j’ai cités, il y aussi une sécheresse de peau : la peau de la femme va devenir sèche. Cette sensation peut s’accentuer surtoutavec l’exposition au soleil et aussi avec le tabagisme. C’est rare ici, mais il faut le signaler. Ce qui va faire que la chute d’estrogène va faire que la peau et le vagin deviennent plus secs. Les autres signes non fonctionnels vont se faire sentir au niveau des os de cette femme qui est en ménopause. Donc, il y a le calcium normalement qui devrait se fixer sur ses os et cette fixation est diminuée en l’absence d’estrogène. Et en même temps, l’os devient fragile et l’ostéoporose, qui est une maladie très fréquente aussi chez les femmes ménopausées, peut s’installer. Donc, cette ostéoporose est due à une absence de calcium sur l’os et surtout aussi à une diminution, sinon une absence de vitamine D. Et cette vitamine, on l’obtient lorsqu’on s’expose au soleil. Le deuxième signe non fonctionnel touche le système cardio-vasculaire ; c’est-à-dire que les femmes ménopausées sont plus exposées à des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et à l’infarctus. Tout ça, c’est dû au manque d’hormones, à la perturbation hormonale que cela peut engendrer surtout, à la prise de poids qui peut survenir chez certaines femmes et au risque de s’exposer au diabète aussi.   

 

Les Echos : Ya-t-il un traitement à la ménopause ?

 Z.H : Il y a un traitement à la ménopause mais, ce traitement n’est pas prescrit automatiquement. Il faut d’abord que la femme se sente plus fatiguée, moins résistante avec un changement physique, une sensation d’une articulation non souple qui peut survenir depuis la pré-ménopause ou bien en début de ménopause. Donc, dans ce cas, les médecins peuvent suggérer un traitement hormonal à base d’estrogène mais là aussi, il peut y avoir des conséquences. C’est pourquoi, ce traitement on ne le donne pas tout de suite, parce que le traitement ostrogénique aussi peut engendrer certaines complications. Cependant, ce n’est pas du tic au tac que les médecins prescrivent un traitement contre la ménopause. Et ce traitement pour la ménopause ne veut pas dire qu’obligatoirement il faut voir les règles. Ce n’est pas dans ce but. Mais ce traitement, il est prescrit pour que la femme en question soit prise en charge. C’est dans ce cadre qu’on donne un traitement et ce traitement aussi peut-être effectué sans que la femme ne revoie les règles. Mais, il y a certaines femmes qui peuvent vraiment demander à ce qu’elles voient les règles lors du traitement. Et ça, ça dépend de la manière de prendre les médicaments et ça dépend aussi des molécules hormonales qui peuvent faire que les règles reviennent. Il y a d’autres qui sont continuelles. Dans ce cas, la femme ne verra pas les règles mais les complications liées à sa ménopause seront prises en charge ou bien seront prévenues.

 

Les Echos : Comment vient-elle, cette ménopause ?

Z.H :Pour répondre à cette question, je dirai que c’est une question vraiment scientifique, sinon médicale, c’est quand même un fait naturel. C’est un phénomène naturel qui survient chez toutes les femmes. Je disais tantôt que ce sont des hormones en manque qui vont faire que la femme parte en ménopause. Et en même temps, on peut remarquer qu’il y a certaines hormones qui sont secrétées au niveau de lyophilise qui vont être augmentées, c’est à dire le taux d’hormone folliculo-stimulante (FSH), lorsque la femme est en ménopause, tandis que le taux d’hormone sexuel, d’estrogène est en baisse. Voilà, ce sont ces phénomènes qui vont entrainer cette ménopause et en même temps, la femme naît avec son stock d’ovules. Donc, une fois à la puberté, le cycle menstruel commence. Au milieu de chaque cycle, il y a des ovules qui sont expulsées et c’est là que la femme part en ménopause. C’est à dire qu’une fois que la femme expulse tout son stock d’ovules, en même temps, ses estrogènes qui étaient vraiment dépendants de l’ovulation vont baisser. Et il y a le phénomène de la pré-ménopause qui va s’installer, petit à petit, lorsque le stock est vraiment presqu’épuisé et, enfin, la ménopause s’en suit.

 

Les Echos : Toutes les femmes sont-elles appelées à passer par la ménopause ?

Z.H : Toutes les femmes vont passer par la ménopause mais, c’est différent chez les femmes c’est-à-dire que le temps de la survenue peut faire la différence. Il y a celles qui peuvent partir en ménopause assez tôt et il y a celles qui vont faire une ménopause tardive. C’est-à-dire qu’à cinquante ans voire même cinquante-deux ans, certaines femmes continuent à avoir des règles. La ménopause précoce existe et peut survenir bien sûr même avant la quarantaine. C’est très rare mais ça peut arriver. Ce sont des phénomènes naturels chez les femmes parce qu’il y a de ces femmes qui, dans leur famille, tardent à aller en ménopause mais dans d’autres familles, il y a celles qui vont vite en ménopause.

 

Les Echos : Pourtant, certaines femmes enfantent après cinquante ans. Cela est dû à quoi ?

Z.H : A cinquante ans voire plus, il se peut que la femme n’ait pas toujours encore fini d’expulser son stock d’ovules. Tant qu’il y a des ovules, la possibilité de grossesse est bien existante même avec des cycles irréguliers et, même pendant la pré-ménopause, elle peut bel et bien tomber enceinte tant que le stock d’ovules n’est pas épuisé. Il arrive que certaines expulsent ce stock un peu plus tôt. Donc, si par coup de chance ou bien par malheur, on n’a pas encore fini d’expulser son stock, il est bien possible qu’on tombe enceinte, bien que la grossesse soit à risque parce qu’elle est considérée comme une grossesse tardive. Car cette grossesse tardive a beaucoup de conséquences.

 

Les Echos : Votre dernier mot

Z.H : Pour finir, je rappelle à mes consœurs que la période de ménopause, bien qu’elle soit une étape difficile dans la vie sexuelle et reproductive des femmes, n’est pas à considérer comme une période fatale. Il faut se mettre en tête qu’on peut la vivre aisément, surtout avec ces quelques conseils que je vais donner. Rappeler aux femmes qu’on peut tomber enceinte en période de pré ménopause, c’est à-dire avant de faire une année pleine sans avoir vu les règles même si on la voit chaque deux mois ou six mois, on peut tomber enceinte et, dans ce cas-là, la grossesse peut être à risque puisque ça trouve que l’âge est déjà avancé. Et cela a ses complications. Les femmes doivent le savoir et en même temps suivre une alimentation saine et équilibrée surtout riche en calcium et en vitamine D. La vitamine D, ce n’est pas la peine de l’obtenir à travers notre soleil, les aliments comme la banane, le lait, les œufs … qui contiennent beaucoup de calcium ; et aussi faire une activité physique régulière qui va vraiment aider l’os à fixer le calcium et aussi à réduire le degré de stress, d’angoisse et de pression. L’activité physique, ici, est très importante. Et dans le cas échéant, nous sommes à leur service : les agents de santé, les sages-femmes, les médecins, les gynécologues. Tout le monde est au service de ces femmes-là. Si ça ne va pas, les portes des centres de santé sont grandement ouvertes et vraiment, nous sommes à leur écoute pour les besoins de conseils et autres. Et en même temps, rappeler qu’il y a des médicaments pour prendre en charge les complications qui peuvent engendrer cette ménopause, de façon préventive ou curative. Et, nous demandons, vraiment, à ces femmes de ne pas s’affoler pour rien.

Esther Mallé

(Stagiaire)

 

 

L’IMPACT DE LA MENOPAUSE SUR LA VIE DE LA FEMME

La ménopause est une rude épreuve pour les femmes

La période de la ménopause est une rude épreuve dans la vie de la femme. A travers une interrogation, certaines femmes se sont ouvertes à nous en expliquant leur expérience du vécu.

Mme Bakayoko Mariétou, enseignante à la retraite : Personnellement, je n’ai pas remarqué beaucoup d’impact de la ménopause, peut-être que je n’ai pas fait attention. Mais, entre la pré-ménopause et la ménopause, j’ai remarqué beaucoup de choses. De la pré-ménopause à la ménopause, il y a des malaises, des bouffées de chaleur, il y a aussi l’énervement, le stress et l’angoisse. Après la pré-ménopause, j’ai atteint la ménopause et se sont ces effets là que j’ai remarqué. En tout cas, il n’y a pas mal de maladies, à savoir, des maux de genoux, des maux de dos et des fatigues. Ce sont les différentes difficultés pendant cette période.

 

Djénèba Coulibaly, vendeuse de galettes :Je n’ai pas connu de difficultés et je n’en connais aucunejusqu’à présent. Je suis bien portante. Je vais partout et je fais tout par la grâce de Dieu. Je ne ressens rien actuellement. Donc, je ne peux pas dire plus que ça car, c’est ce que je vis en ce moment. Donc, je ne peux pas parler des difficultés de la ménopause.

Fatoumata Touré, ménagère :  Généralement, la ménopause à plus d’impact sur les femmes qui se sont mariées tôt et qui ont fait beaucoup de maternités. Et, au moment de la ménopause, elles ne seront pas des personnes résistantes. Parce que pendant cette période, elles vont commencer à perdre l’usage de leurs jambes et avoir des maux de dos dus au nombre de grossesses.  Ces femmes vont également remarquer une sécheresse de peau, des étouffements dus à la ménopause elle-même. Mais celle qui atteint les vingtaines d’années avant d’être marier ne ressentent pas autant ces difficultés que celles qui ont tôt conçu. Parce qu’à la naissance, le garçon pèse plus que la fille.

 

Adizah Maïga, vendeuse de condiments : A partir de cette période, la femme a beaucoup de difficultés car elle sera dans un moment inconfortable. Parce qu’en ce moment, le corps aussi ne peut plus tenir. Mais celle qui a aussi commencé tôt sa maternité (douze ans) rencontre plus de difficultés que celle qui n’a pas eu à enfanter un peu tardivement (vingt-cinq ans) et ne ressent pas ces difficultés telles que les maux de dos, la chaleur et le stress.

 

Sitan Koné, ménagère : Nous les femmes, nous avons beaucoup de difficulté en cette période. Une fois que l’étape de la ménopause est entamée, certaines femmes commencent à ressentir des douleurs au niveau du dos, des jambes, de forte chaleur, du stress et bien d’autres. Mais, beaucoup de femmes ne considèrent pas que ces problèmes sont dus à la ménopause. Personnellement, je ressens ces petites difficultés et j’ai vraiment du mal à les digérer.

 

  1. Kassogué, enseignante : Pendant la ménopause, il y a arrêt de production des hormones et des ovaires. Ce qui provoque la fragilité des os. Donc, cela amènera évidement des disfonctionnements de l’organisme. La femme peut avoir une sensation de chaleur amenant de la transpiration, de l’anxiété. D’autres problèmes comme l’insomnie, les troubles sexuels, les douleurs articulaires, la prise de poids peuvent survenir chez certaines femmes.

Esther Mallé

(Stagiaire)

 



  • TAGS

You can share this post!