news-details
Politique

HONORABLE COULIBALY MAÏMOUNA DRAME, ELUE A SEGOU, SUR LA LOI 052




Il est temps, hommes et femmes, que nous nous donnions la main

La démocratie malienne a pris un bon élan avec l’adoption de la loi 052 et l’élection d’une quarantaine de femmes à l’hémicycle. L’honorable Coulibaly Maïmouna Dramé, nous a accordé une interview exclusive dans laquelle elle nous parle des tenants et les aboutissants de la loi 052. Interview.

Les Echos : C’est la toute première fois, qu’on voit autant de femmes à l’Assemblée nationale. Avec l’adoption de la loi 052, nous avons 41 femmes. Qu’est-ce cela vous fait en tant que femme battante ?

Honorable Coulibaly Maimouna Dramé : Je vous remercie de m’avoir donné cette opportunité d’échanger avec vous par rapport aux changements au niveau de l’Assemblée nationale. Vous savez, cela faisait plusieurs années que les femmes, dans leur diversité, cherchaient à avoir une plus grande représentation des femmes au sein de l’Assemblée nationale. Cette proposition de loi a permis de corriger une injustice à l’endroit des femmes. Elle a été portée par Mme Sangaré Oumou Ba. C’est son adoption qui a fait que le nombre de femmes est porté à 41 aujourd’hui. De 14 on se retrouve à 41 femmes ; c’est une prouesse pour le Mali, vu que, dans l’environnement politique régional et mondial, notre pays occupait la 121ème place sur 145 pays classés. Grace à cette loi, je pense que les données vont changer. C’est un changement notoire à l’actif du gouvernement et des femmes du Mali.

Les Echos : Comment comptez-vous jouer pleinement votre partition au sein de l’Assemblée nationale pour combler l’attente des Maliens ?

H.C.M.D : Vous savez, cette élection n’a pas été facile. Toutes ces femmes ont carburé dur et bataillé fort pour siéger à l’hémicycle. Ce qui veut dire qu’elles ont conscience des défis de l’heure. Elles sont prêtes à apporter leurs pierres à l’édification de notre Maliba. Les femmes représentants plus de 50 % ne peuvent pas rester en marge du processus. C’est la raison pour laquelle cette loi a fait qu’il y a eu beaucoup de femmes. Les femmes vont s’assumer et elles seront à la hauteur des attentes de nos populations qui ont placé leur confiance en nous.

Les Echos : Le Mali vient de très loin. Nous traversons une crise multidimensionnelle ; les défis de l’heure sont énormes. Maintenant quelles seront vos priorités au sein de l’Assemblée nationale ?

H.C.M.D : Au sein de l’Assemblée, je ne peux pas devancer mes paires mais je sais qu’il y a des priorités que les populations maliennes attendent des députés. Parmi ces priorités, il y a la lancinante question de l’école, il y a la paix, la réconciliation nationale dont les femmes sont parties prenantes. Je pense que face à tous ces enjeux, les femmes au sein de l’Assemblée nationale, même si nous ne valons pas les 30 %, avec les 27,97 %, nous comptons jouer notre partition. C’est de cela qu’il s’agit.

Les Echos : Avez-vous un appel à lancer ?

H.C.M.D : Je veux que les maliens comprennent que notre pays traverse une crise sans précédent. Il est temps, hommes et femmes, que nous nous donnions la main. Personne ne fera le Mali à notre place et les femmes ont toujours prouvé cela. Avec ce nombre à l’Assemblée nationale, j’ose croire que tous les efforts seront fournis pour que la paix et la réconciliation ne soient plus des vains mots. J’en suis sûre.

Propos recueillis par

Ibrahim Sanogo dit Oliver

 



  • TAGS

You can share this post!