news-details
Société

GOUVERNEMENT DE TRANSITION L’Observatoire des femmes demande l’application de la loi 052 du 18 décembre 2015




Le Centre Aoua Keita de Bamako a abrité, le 16 septembre 2020, la mise en place de l’Observatoire des femmes unies (ODEFU), pour le suivi de la feuille de route et l’application de la loi 2015-052 du 18 décembre. Cette conférence de presse était animée par Mme Fatima Maiga, présidente de la Coalition des femmes leaders du Nord, du Sud et du Centre du Mali, Mme Dembélé Oulématou Sow, présidente de la CAFO et la commissaire municipale de police, Mme Traoré Assitan Traoré.

La participation des femmes à la transition au Mali tel est l’objectif de l’Observatoire des femmes unies. «A l’issue des consultations sur l’architecture de la transition qui ont pris fin le 12 septembre et auxquelles nous avons activement pris part ,nous, femmes leaders du Mali engagées pour la paix et le développement, issues de la société civile, des organisations paysannes, des collectivités territoriales, des secteurs de sécurité, du patronat et du privé, de mouvements politico-civils et signataires de l’accord de paix ainsi que d’organisations confessionnelles, avons tenu, le 14 septembre,  une rencontre de concertation à l’école de Maintien de la paix Alioune Blondeye Beye », a introduit Fatima Maiga, la présidente de la coalition des femmes leaders du Nord, du Sud et du Centre du Mali.

A l’en croire, l’objectif de cette rencontre était de faire une analyse du déroulement et des conclusions des consultations nationales notamment du point de vue de la participation des femmes en général et, en particulier des femmes des régions ainsi que de la prise en compte de leurs priorités et recommandations. « Il s’agissait aussi de dégager, poursuit-elle, des pistes d’actions pour une transition inclusive et réussie, avec la participation des femmes toutes catégories confondues et ce, conformément à la lettre et l’esprit de la loi N°2015-052 du 18 décembre instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives »

Les femmes leaders se sont félicitées de la haute priorité accordée aux questions de sécurité et de défense ainsi qu’à l’inscription dans la charte de la transition d’une mention spécifique au genre, et elles ont, en effet, décidé de mettre en place un Observatoire ad-hoc chargé de suivre et d’évaluer la mise en œuvre de la feuille de route et la charte de la transition validée le 12 septembre. « Il servira d’interface et d’appuyer techniquement les décideurs-es et autres parties prenantes clés, en vue d’une application stricte de la loi 052 à toutes les fonctions nominatives pendant et après la transition, y compris aux postes de président(e), vice-président(e) et de premier ministre. Si on nomme deux hommes comme président et premier ministre, le troisième doit être une femme », a-t-elle soutenu. 

Les femmes leaders de l’Observatoire ont saisi cette occasion pour rappeler à l’opinion nationale et internationale que les femmes maliennes ont toujours joué un rôle crucial dans la vie politique, sociale, culturelle et économique du Mali d’aujourd’hui et d’antan, sans obtenir de crédit ni de statut à hauteur des efforts et sacrifices consentis.« Nous, femmes leaders de l’Observatoire nous inquiétons et dénonçons les réunions dirigées par la Cédéao, la réunion du mardi 15 septembre à Accra, la commission et les nominations récentes du CNSP, le comité et les principaux organes de suivi de l’Accord de paix et de réconciliations et les institutions de la république, dont une seule femme était dirigée par une femme », s’est-elle indignée.

« Les femmes, en plus de leurs occupations quotidiennes, doivent être associées à tous nos gouvernements », a conclu la présidente de la coalition des femmes dealers.

Seydou FANE



  • TAGS

You can share this post!