news-details
Société

Gestion de la diversité ethnoculturelle et de l’inclusion au Mali Consolidation de la paix et de la réconciliation nationale




La cérémonie de lancement du projet pour la promotion de la justice transitionnelle dans le contexte de la décentralisation s’est déroulée le samedi dernier à la Pyramide du souvenir à Bamako sous la présidence du ministère de la réconciliation nationale, représenté par Djibrila Maiga, chef de cabinet. Elle a enregistré la présence de Pr Inamoud Ibny Yattara, coordinateur du consortium et plusieurs chefs ou représentants d’autorités traditionnelles des régions du Nord du Mali.


En effet, pour une réponse à l’appel de la Communauté Noire Kel Tamasheq (CNKT) au Mali, le Consortium d’OSC et du Réseau communautaire de survivants de la CNKT mobilisés et engagés pour la mise en œuvre des recommandations et résolutions du Dialogue National Inclusif (DNI) : Gestion de la diversité ethnoculturelle et de l’inclusion au Mali, a procédé au lancement du projet « promotion de la justice transitionnelle dans le contexte de la décentralisation ». La cérémonie de lancement a eu lieu le samedi 24 octobre 2020 à la Pyramide du souvenir. Le thème « Profil de Vulnérabilité de la Communauté Noire Kel Tamasheq (CNKT) a fait l’objet d’une conférence-débat au cours de cet événement.

« Nous avons participé à un appel d’offre au niveau africain pour mettre en œuvre la politique africaine et la justice traditionnelle et aussi consolider les acquis au niveau de la politique nationale de la justice transitionnelle au Mali », a déclaré Pr Inamoud Yattara, coordinateur du consortium, comme source de motivation de la réalisation de ce projet. Ce projet, soutient-t-il « est une occasion de proposer des choses exceptionnelles notamment la question des communautés ethniques comme l’accord pour la paix, issu du processus d’Alger et le Dialogue National Inclusif (DNI) ».

Selon lui, la problématique de la diversité ethnique et culturelle est une problématique rarement abordée. « Ce sont des solutions que nous proposons pour le Mali pour consolider la paix et la réconciliation nationale », a-t-il indiqué.

En ce qui concerne la durée du projet, elle est de 12 mois. Au cours de l’exécution de projet, le coordinateur affirme qu’un dialogue sera mené avec toutes les communautés, particulièrement la communauté Noire Kel Tamasheq que beaucoup ne connaissent pas.
Au nom du ministre de la réconciliation nationale, Djibrila Maiga, chef de cabinet dudit ministre a rappelé aux uns et autres que la crise multidimensionnelle que le Mali a connue depuis 2012 est la source de plusieurs conflits communautaires dans notre pays. Pour le représentant du ministre, ce projet est une chance pour toutes les communautés sœurs et alliées à la quête de la quiétude, de la paix, de la cohésion sociale etc. Il contribue au suivi et à la mise en œuvre des résolutions et recommandations du Dialogue National Inclusif (DNI). A cet effet, M. Maiga invite les uns et les autres à accepter la diversité ethnique et culturelle afin de favoriser le développement socioéconomique. Ce projet marque le début d’un cadre de dialogue entre les leaders communautaires, chercheurs, femmes, jeunes, religieux etc.
Toujours pour Djibrila Maiga, ce projet est une victoire pour le Mali d’impulser un changement et des innovations dans les approches de solutions et l’insécurité économique. « Etre fier de ce qu’on est, pourrait aider à aller vers l’autre », martèle-t-il. « Aucune communauté ne peut garantir la sécurité de sa population et ses biens sans la confiance de l’Etat », a-t-il ajouté.

 

Seydou FANE



  • TAGS

You can share this post!