news-details
Politique

CRISE SOCIO-POLITIQUE Le sort d’IBK est entre ses mains




Dr Choguel Kokala Maiga a déclaré, au siège de la CMAS, que : « si une suite favorable n’est pas donnée au mémorandum dans les meilleurs délais, le Mouvement du 5 juin - Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) restera sur sa position concernant le départ du Président IBK et son régime.» Au regard de tout ce qui précède, selon lui, le travail est presque achevé…

En effet, le M5-RFP travaille à faire preuve d’une grande maturité stratégique et d’une grande capacité de discernement. Définir les conditions, les axes et les contours d’un Mali nouveau est l’une des prérogatives du Mouvement, a dit Choguel Kokala Maiga. « Ces temps ont été mis à profit afin de densifier la base de contestation démocratique contre ce régime d’oligarchique qui a pris notre pays en otage », a-t-il poursuivi.

A titre de rappel, il a indiqué que le M5-RFP a été rejoint, depuis quelques jours, par de nombreux mouvements, notamment, les plus hauts cadres, les associations de femmes et de jeunes, entre autres. « Le travail est presque achevé, ce qui reste est l’assaut final, de façon pacifique et démocratique, sans violence contre cette citadelle devenue irrémédiablement illégitime, si, dans les meilleurs délais, une suite favorable n’est pas donnée au mémorandum », a déclaré Dr Choguel Kokala Maiga, avant d’annoncer la prochaine grande manifestation prévue le 10 juillet.

Afin d’imposer la volonté du peuple, il demande de faire confiance au Mouvement du 5 juin pour le maintien de sa position concernant le départ d’IBK et son régime.

Pour sa part, le représentant des 55 partis politiques ayant adhéré au M5-RFP, Modibo Koné, a affirmé ceci : « nous sommes au nombre de 55 partis politiques qui ont rejoint le M5-RFP. Ce qui constitue un gros poids dans ce mouvement. L’ensemble des partis affiliés au M5 est d’accord avec ce Mémorandum pour faire comprendre à l’opinion nationale et internationale que nous ne sommes pas des casseurs ni des opportunistes. Nous voulons que l’entente et la cordialité soient là. Nous restons mobilisés pour accoster notre pays à bon port. D’ailleurs, c’est ce qui nous a amené à signer au nom des 55 partis politiques. C’est la raison pour laquelle nous allons encore donner un certain temps, afin que le Président de la République et son régime puissent examiner, dans un meilleur délai, avant l’assaut final ».

Le candidat malheureux en Commune V, Baba Nadio de l’Adema a affirmé que ce combat de M5-FRP est le leur, avant de préciser que son association a adhéré au M5-RFP depuis le début de ce mouvement. « Aujourd’hui j’ai décidé de venir m’enquérir un peu de l’état et heureusement, un Mémorandum devrait être remis au Président de la République. J’y ai assisté et personnellement ce Mémorandum me convient très bien. L’opinion nationale et internationale sait que nous avons décidé, malgré nous-mêmes, de garder le Président IBK, mais il falloir qu'il accepte les autres conditions que nous demandons, notamment un Premier ministre, une Assemblée constituante et une Cour constitutionnelle », a poursuivi le candidat déchu en Commune V. En ce qui concerne l'enlèvement de l’honorable Soumaïla Cissé, Amina Fofana, militante de M5-RFP et du Mouvement Populaire Démocratique a indiqué que la disparition du chef de file de l'opposition, lors de la campagne électorale dans son village natal, est une confiscation de la liberté d'expression et de la démocratique. « Je n’ai jamais vu le Chef de file de l’opposition d’un Etat enlevé et le Président de la République, sous pression, dire que le chef de file sera libéré bientôt. C’est une honte pour notre nation et maintenant tout est clair car le vrai problème c’est le Président IBK. Nous exigeons sans condition la libération de Soumaïla Cissé », a-t-elle conclu, avec les larmes aux yeux.

Mamadou Sangaré

 



  • TAGS

You can share this post!