news-details
Régions

CONVENTION CADRE DES NATIONS UNIES POUR LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION Pour une plus grande implication des femmes dans sa mise en œuvre




La maison de la Femme de Sabalibougou a abrité le lundi 14 septembre 2020, la journée d’échanges et de partage d’informations sur la convention des Nations-Unies  sur la lutte contre la désertification et son plan d’actions genre.

Organisé par le REFEDE-Mali en collaboration avec le ReSAD et le CAURI et en présence de la présidente du Réseau Energia-Mali, cette journée d’échanges et de partage, se situe dans le cadre du projet d’appui à la société civile pour un déploiement de la gestion durable des terres dans les territoires sahéliens(ReSAD3).

La présidente du Réseau Energia-Mali, Mme Keïta Aïda M’Bo, a rappelé que la convention de Rio a été ratifiée depuis des années, mais « elle est très mal connue ». A ce titre, selon elle, cet important de connaître cette convention  et la convention genre. « Il est important de connaître cette convention et la convention genre », précise-t-elle.

Le point focal de l’UNCCD au Mali, capitaine Kaba Diallo estime que l’Etat a pris des engagements et il s’agit de réduire  le taux de la convention de la couverture forestière avec 25 % de la déforestation et 10 % entre 2020 et 2030 grâce au reboisement.  « Le Mali est parmi les dix pays les pauvres du monde et 90 % des populations dépendent des terres. Il est important de préserver la surface des terres humides », a-t-il dit.

Pour l’expert en environnement, et au changement climatique à la Coopération technique Belge (Enabel), Nadine Dulac, qui souhaite d’échanges fructueuses,  il faut faire de la lutte contre la désertification, une priorité et son plan d’action genre.

« Il faut prendre très au sérieux la problématique en particulier celle des femmes. Des pluies violentes, des érosions plus les conditions actuelles », et  de renseigner que la convention est au nombre de trois comme l’adaptation et la lutte contre la désertification et les changements climatique.

Pour la présidente du réseau femmes pour les droits environnementaux (REFEDE-Mali), Mme Kouyaté Goundo Sissoko, l’objectif principal de cette activité initiée par son réseau et ses partenaires ; est  de contribuer à l’amélioration de la compréhension des organisations féminines  membres de Refede-Mali et les partenaires de ReSAD au Mali sur la convention cadre des Nations-Unies pour la lutte contre la désertification, son plan d’action genre pour une plus grande implication des acteurs locaux, notamment les femmes dans sa mise en œuvre. « Amener les organisations membres du Refede-Mali et ses partenaires à mieux appréhender les mécanismes de financement des programmes  et projets de lutte contre la désertification en vue de leur implication efficiente dans la lutte contre la dégradation des terres », a dit la présidente du Refede-Mali.

Il s’agissait alors pour les participantes et participantes, les représentants de la société civile, des invités et personnes ressources avec les membres du Refede-Mali, de partager le plan d’action genre sur la  lutte contre la désertification (LCD) pour une meilleure implémentation de la convention par les femmes.

A noter que la journée a respectée les mesures barrières avec en mire la désinfection des lieux avant et pendant les travaux.

Boubacar Diakité Sarr 

 



  • TAGS

You can share this post!