news-details
Politique

Contestation populaire Le M5 met la barre très haut !




Après le meeting du 11 août 2020, du mouvement du 5 juin-rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), plusieurs militants ont passé la nuit sur la place de l’indépendance sur instruction des leaders de la contestation. Une situation qui rend la résolution de l’équation difficile.

La journée du mardi 11 août 2020 fera date dans l’histoire de la démocratie malienne. C’est la toute première fois qu’un rassemblement du genre mobilise autant de manifestants, engagés et déterminés. Très pacifique depuis le début de ce mouvement, l’imam Mahmoud Dicko a durci le ton, tout en invitant son frère ainé, IBK, à écouter le cri de cœur de son peuple.  Dans ses propos introductifs, il a remercié toutes les personnes qui se sont déplacés pour être un témoin oculaire de ce rassemblement. Il a rendu hommage à tous les martyrs qui sont tombés pour sauver le Mali. « Je suis sûr, dans mon âme, que ceux qui ont tué des innocents, jusque dans ma mosquée, même si tous les manifestants décidaient de rentrer chez, Dieu ferait cette lutte à notre place. Ce combat est fini. « Notre objectif est de rendre justice aux populations opprimées par le régime d’IBK. Nous saluons les pays voisins même s’ils n’ont pas su faire une bonne lecture de la crise. Je souhaite que nous soyons unis. C’est pourquoi j’avais demandé aux membres du M5 de faire des concessions en renonçant à la démission d’IBK. Mais contre toute attente, ils m’ont pris pour cible dans le but de m’éliminer. Ce combat est une lutte pour la restauration de la nation malienne pour rendre à notre pays sa dignité et son honneur. Ils veulent nous pousser à la faute pour nous distraire. S’il plait à Dieu, si IBK n’écoute pas le peuple, il sortira de cette situation à 4 pattes. Je ne peux pas conclure mes propos sans remercier le Chérif de Nioro, Bouyé Haidara. Il m’a réaffirmé que nous avons sa bénédiction. Je demande pardon à la foule pour remercier singulièrement la jeunesse de Badalabougou et de la commune V. Que Dieu sauve mon peuple… Je demande aux manifestants de rester sur place jusqu’à l’aboutissement de cette lutte », a-t-il indiqué.

Déterminés à obtenir l’objectif recherché de leur mouvement, des militants n’ont pas hésité de rester sur le lieu du rassemblement. Certaines têtes de proue du mouvement comme Me Mountaga Tall, Choguel Kokalla Maïga, Nouhoum Sarr, Clément Dembelé et plusieurs responsables du comité directoire du M5, sont venues galvaniser les manifestants. Ce comportement de leur part est l’illustration parfaite qu’ils sont résolument engagés à faire démissionner le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita.

Le mercredi matin encore, on sentait la présence de plusieurs militants du M5. Face à cette résistance, les forces de l’ordre sont intervenues en les dispersant par des gaz lacrymogènes. Cette prise de position a conduit certains jeunes du M5 à barricader certains axes de la capitale, Bamako.  Dans leur dessein, ils veulent paralyser toutes les activités du pays pour faire fléchir le chef de l’Etat.

Les jeunes de Koulikoro ont emboité le pas. Ils sont sortis en masse. Cette nouvelle tournure de la crise est plus que préoccupante car personne ne connait l’issue finale. 

Choguel Kokalla Maiga a invité les militants à la résistance pour accentuer la pression sur le Président IBK. « Nous avons décidé de venir auprès de nos militants pour leur témoigner toute notre détermination. Ce rassemblement est un message fort pour le pouvoir. Ils ont maintenant la preuve que le peuple ne veut plus de ce pouvoir oligarchique et ploutocratique. Ce pouvoir sera jeté très bientôt dans les poubelles de l’histoire », a-t-il martelé.

Suite aux remontrances contre les manifestants, Nouhoum Sarr, un ténor de contestation, dira que c’est une provocation du régime. « Nous avons montré que le peuple est mobilisé et que nous sommes pacifiques. Les jets de grenades lacrymogènes ne vont pas nous décourager », a-t-il dit.

Ibrahim Sanogo dit Oliver

 



  • TAGS

You can share this post!