news-details
Politique

ASSEMBLEE NATIONALE DE LA 6 EME LEGISLATURE Les députés exigent son rétablissement




La volonté du CNSP de composer le Conseil législatif de 121 membres ne semble pas être la tasse de thé des députés de la 6ème législature. Du coup, ils exigent le rétablissement de leur Assemblée dissoute par l’ex-président, Ibrahim Boubacar Kéita.

Malgré la dissolution de l’Assemblée nationale par l’ancien président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Kéita, les députés de l’éphémère 6ème législature disent niet à cet exercice. Ils s’opposent catégoriquement à la mise en place du Conseil de transition qu’ils jugent anti-démocratique. A les en croire, la Commission choisie par le Cnsp choisira des gens à Bamako comme si le Mali se limitait seulement à la ville des trois caïmans. C’est ce qui ressort, ce lundi 14 septembre 2020, comme information principale d’un point-presse qu’ils ont organisé à l’Hôtel Salam de Bamako.

Pour la circonstance, Aïchata Cissé dite Chato  pour les intimes, avait à ses côtés Mahamadou Matali, Marimantia Diarra, Belco Samassekou, Sory I Daou et Abdoulaye Fofana. Selon eux, le communiqué a été lu au nom des 147 députés de la 6ème législature sans aucune exclusion. Dans ce communiqué lu par Chato, ces députés déplorent la non-constitutionalité de la dissolution de l’Assemblée nationale. Ils exigent donc le rétablissement de la 6ème législature dans un souci de continuité de l’Etat. Car, disent-il, sans parlement, le Mali ne sera pas représenté dans les rencontres internationales.

Pour eux, une Assemblée validée par le verdict de la Cour constitutionnelle ne peut, en aucune manière, être dissoute. A les entendre, s’ils arrivent à être maintenus dans l’Assemblée nationale, le mandat peut prendre fin avec la durée de la transition. Se considérant derrière la loi, ils se plieront, disent-ils, à la décision du nouveau président de la République démocratiquement élu par les Maliens.

En outre, ces députés disent ne pas hésiter, dans les jours à venir, à engager des actions pour exiger la libération de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Moussa Timbiné ; de l’ancien premier ministre, Boubou Cissé et de tous les autres détenus politiques.

Youssouf Z KEITA



  • TAGS

You can share this post!